“Le tourisme est en plein boom et près de 2 milliards de touristes internationaux devraient être atteint d’ici 2020.” Il est alors indispensable de protéger l’environnement, à son échelle, tout en profitant pleinement de son voyage.

1- Adaptez vous au rythme et habitudes de vos hôtes.

Le woofing c’est vivre chez l’autre, avec l’autre. Dans l’ensemble tous les repas vont être pris avec les chefs d’exploitation. De même, vous partez pour participer aux tâches de vos lieux d’accueil. Dans certains lieux cela implique que l’on mette un petit réveil. Ceci n’est pas obligatoire. Quelques hôtes ne seront pas regardant sur vos horaires mais d’autres vous entraînent dans un planning fixe. Adaptez vous donc à ce rythme, c’est le minimum. Pas d’inquiétude ! Vous serez heureux d’avoir participer à une matinée de travail avec trois autres woofeurs. Au moment du repas, certaines tables sont gargantuesques et pleines de joie et de partage.

2- On change d’habitude vestimentaire

Si vous partez comme moi en sac à dos, vous n’êtes pas sans savoir qu’il faut faire du tri entre ce qui est absolument nécessaire et ce qui ne l’ai pas. D’abord et avant tout une tenue intégrale pour la pluie. Car on travaille dans les champs même quand il pleut. Une bonne paire de chaussure de marche avec laquelle vous pouvez travailler aussi. Quelques tenues de rechange pour les temps de repos. Ne vous embéter pas avec des bottes, il y en a souvent à votre disposition dans les fermes. Le maillot de bain est souvent utile, on vous conseillera toujours une rivière ou un lac où patauger. Après l’effort, le réconfort.

3- Les produits cosmétiques

Des chercheurs avancent qu’un huitième des 82.000 ingrédients entrant dans la composition des produits de soins personnels sont des produits chimiques industriels qui comprennent cancérigènes, pesticides, toxines reproductives, plastifiants et dégraisseurs. Il est donc recommandé de regarder attentivement la liste d’ingrédients sur votre bouteille de shampooing ou de votre tube de crème pour les mains. Vous vous maquillerez bien si vous voulez, là n’est pas la question. Mais vous devez savoir que certains de nos hôtes n’ont que des douches solaires pour vous recevoir. Aussi l’envie de vous lavez les cheveux quotidiennement risque de vous passer vite. Par respect pour la nature pensez savon de marseille. Et commencez d’ores et déjà à vous habituer à la douche en deux minutes chrono.

4- Gérez vos détritus et vos mégots

En vacances, et même toute l’année, il faut éviter de laisser vos détritus sur les plages ou dans les forêts que vous explorez. Ces déchets pollueront la nature et inciteront les autres à y jeter également leurs ordures. En un rien de temps, la belle plage de vos rêves se transformera en dépotoir. Si vous ne trouvez pas de poubelle dans les environs, ramenez, dans un sac à part, vos bouteilles vides, vos emballages, vos chewing-gums, vos mégots et autres déchets afin de les jeter une fois arrivé à votre lieu de résidence. Il faut le savoir, certains hôte sont si à cheval sur cette question qu’ils refusent les woofeurs fumeurs. Renseignez vous bien avant de partir.

5- Modes de transport les moins polluants

Ici encore, c’est évident pour tout un chacun : les véhicules fonctionnant aux combustibles fossiles émettent du CO2. Lorsque c’est possible, il faudra éviter l’avion et la voiture, et préférer le train, les transports en commun, le vélo et la marche. Pour les trajets les plus courts en ville en particulier, le choix de la voiture est une mauvaise idée car un moteur consomme davantage à froid. Quand la voiture ne peut pas être remplacée, la co-voiturage est une bonne option. En parallèle, choisir un véhicule qui consomme peu ainsi qu’adopter des pratiques d’écoconduite tels que réduire sa vitesse, éviter les accélérations et freinages brusques et bien gonfler ses pneus contribueront à réduire la consommation de carburant et les émissions associée. Mais vous l’aurez compris, le mieux est de demandez à vos hôtes s’ils veulent bien venir vous chercher à la gare la plus proche.

6- Ne gaspillez pas !

Je voudrais ici attirer votre attention sur le fait qu’au cours de votre voyage vous rencontrerez des gens qui ont fait le choix de la décroissance ou de l’autonomie avec l’extérieur. Ils sont engagés concrètement pour vivre le plus écologiquement possible. C’est ce qui est attirant aussi. Pour moi c’est à chaque fois une belle leçon de vie. Du coup, il faut faire attention à ne pas gaspiller la nourriture. Ne jetez pas les aliments, et puis, dans une ferme tous les déchets se recyclent. L’objectif suprême est le zéro déchet. L’eau aussi est à utiliser avec parcimonie. Certains ne s’alimentent qu’avec un puits. Il faut le savoir.

7- Privilégiez les petits commerçants locaux, le logement chez l’habitant

Après ces quelques petites expériences au cœur du vivre autrement, vous n’aurez sûrement pas envie de consommer à tout va. Cependant si vous voulez ramener un souvenir à votre petit choupinou, il faudra bien aller à la ville (à taille humaine bien sûr!). Favorisez les petits producteurs locaux. Ainsi les produits que vous ramènerez auront une faible empreinte carbone. Et puis vous faîtes vivre quelqu’un directement, sans intermédiaire souvent coûteux. Un autre pôle qui fait du mal à la planète : le logement. Il n’y a pas de meilleure solution pour la planète que de vivre chez l’habitant. C’est autant moins de construction pour le tourisme. Vous avez sûrement un exemple de complexe hôtelier, qui détériore la planète. En woofing on peut dormir en chambre, en dortoir, en tente, en caravane, en camping car, en yourte, en roulotte. Autant dire que vous avez droit à du particulièrement insolite. Pensez aussi couchsurfing pour ceux qui veulent voyager sans travailler.

Pin It on Pinterest