L’agroforesterie est un mode de culture largement répandu depuis des milliers d’années sous la ceinture tropicale, avec l’exemple des agroforêts ou des jardins de cases et dans les oasis. La grande majorité des espèces forestières sont vivaces, ce qui les distingue de l’agriculture annuelle, non pérenne. Dans les pays tempérés, l’agroforesterie est à réinventer et le premier jardin-forêt dans l’hémisphère nord date seulement des années 60, créé en Angleterre par l’inspirant Robert Hart. Pourtant, sous nos latitudes, la végétation naturelle n’est autre que la forêt et tout lieu laissé à l’abandon est voué, tôt ou tard, à retrouver cet aspect originel. Car, à bien y voir, l’agriculture, telle que nous la pratiquons, n’est qu’une succession de travaux (défrichage, labour, désherbage…) conçus pour détruire et empêcher la végétation climax de s’installer, avec tout ce cortège de conséquences que nous connaissons et subissons. Un JARDIN-FORÊT, quelle que soit sa taille, imite les processus naturels, gage de résilience, de durée et de sécurité. C’est une révolution agricole, la manière la plus aboutie de concilier les lois naturelles à nos productions alimentaires, de conjuguer les réussites du passé aux connaissances scientifiques et intuitives les plus modernes…

Qu’est-ce qu’un JARDIN-FORÊT?

C’est un jardin comestible étagé imitant la structure, la biodiversité et la résilience d’un jeune boisement naturel. On y trouve donc des arbres nourriciers de grand ou de petit développement, associés à des arbustes, des vivaces herbacées, des aromatiques, des annuelles, des légumes-racines, des champignons et des lianes qui complètent à merveille la structure verticale. Un plan d’eau peut venir parfaire la complexité du design et l’ensemble est implanté de manière réfléchie, pour intensifier les interactions positives. C’est l’utilisation de plantes essentiellement pérennes qui donne au système sa durabilité.

7 strates sont décrites :

Une règle d’or à respecter sous nos latitudes : une forêt comestible tempérée doit être conçue de manière à laisser passer la lumière jusqu’au sol. Pour cultiver des annuelles et des plantes potagères, le design doit comporter des clairières ou prévoir un espacement suffisant entre les plantations. Peut-être vous demandez-vous ce que peut produire un jardin étagé imitant un jeune espace boisé? La liste, non exhaustive, est longue :

Créer un jardin-forêt permet ainsi de retrouver INDÉPENDANCE, SÉRÉNITÉ ET ABONDANCE !

grand jardin foret permaculture

Pin It on Pinterest