L’écovolontariat désigne toute action bénévole de terrain (dans la nature) dans un but de préservation de l’environnement, de la protection ou de la valorisation des espèces et des habitats naturels. Il s’agit donc ici de vacances qui demandent de l’engagement. En faisant de l’écovolontariat vous devenez vraiment un écocitoyen. Vous l’aurez compris, les missions ne manquent pas, le champ est vaste. Pour nous, le choix d’aider des agriculteurs biologiques s’imposaient comme une évidence. Ils peuvent nous enseigner l’art de vivre en auto-suffisance, donc à savoir exploiter notre jardin. Ils nous nourrissent aussi, au prix de durs labeurs dans les champs. Nous avons voulu voir de plus près ce qu’il en retournait, et les aider à construire un autre monde. Mais commençons par regarder de plus près les avantages de l’écovolontariat.

1- Travailler dans les coulisses

Vous aimez le monde agricole, vous rêvez de vous installer vous même ? Ces missions sont faites pour vous. L’intérêt premier du woofing est de voir l’envers du décor. Ou comment mieux améliorer le rendement de mon jardin en prenant des cours de permaculture ? Vous rêvez de faire du pain paysan avec les céréales de l’exploitation ? Parfois vous aimeriez bien être de l’autre coté de l’étal au marché, et de travailler avec votre producteur de légumes hebdomadaire ? La réalisation de ces rêves est possible avec le woofing, au national comme à l’international.

2- S’imprégner d’une nouvelle culture

Woofer c’est d’abord voyager. Aussi, irrémédiablement, on change de culture. Les différences régionales amènent parfois un accent du sud, un régime alimentaire avec d’autres habitudes. Les paysages enfin ouvrent à nouveau l’esprit. Beaucoup woofent pour aller à l’international, pour découvrir le monde. Nous avons choisi pour notre part, l’immersion dans la vie en communauté. En effet, il nous apparaît que le fait de vivre à plusieurs impliquent une culture toute particulière, celle du bien vivre ensemble malgré nos différences.

3- Un CV étoffé

Travailler un mois à retaper une grange ou à faire des semis, ça forme. Nombreuses de mes rencontres faisaient un tour de France des lieux d’accueil pour se former, en vue de leur intallation. Rien de mieux que d’essayer un métier avant de se lancer. Les chantiers participatif sont des joyaux de rencontres et de compétences diverses et variées. Un cours de tissage, un atelier de sculpture sur bois, une récolte de miel, tout est possible au détour de votre chemin. A vous de rencontrer votre voie.

4- Votre développement personnel

Faire de l’écovolontariat c’est d’abord vouloir donner un sens à ses vacances, celle de protéger la nature et de favoriser son développement dans les règles de l’art. Travailler physiquement permet une meilleure santé mentale, les médecins n’arrêtent pas de le dire ! Désherber permet de se vider la tête, on peut continuer à rêver quand on pétrit le pain, rencontrer des gens, discuter et rire permettent la sécrétion d’andomorphines. Etre au contact de la nature fait du bien. On se reconnecte avec soi-même. Et puis, le fait de vivre en communauté stimule le bonheur, c’est bien connu.

5- Une nouvelle famille

Cotôyer de près des familles paysannes pendant un mois durant, ça facilite les contacts. On se voit vite autour d’une soirée de woofeurs après une dure journée de labeur. Certains commencent déjà à accorder leurs guitares. La convivialité est de mise dans ces lieux là. Et puis on rencontre vite au cours du séjour les amis et la famille des hôtes. De nouvelles rencontres donc. De nouveaux amis ? En tous cas les liens sont profonds entre accueillants et passagers. Et il arrive qu’au moment du départ une larme coule. On se promet alors de se revoir bientôt.

6- Travailler dans et pour la nature

Vous allez voir des ânes, des chevaux, des biquettes, des poules et j’en passe et des meilleures. Vous allez apprendre l’écosystème d’un jardin et comment il est urgent de ne pas déranger tout cela. Les labours écolos, la culture du vers de terre, comment se chauffer et se loger écolo, le zéro déchet, en vrai ça veut dire quoi? Le woofing ne se fait que dans les exploitations en agriculture bio. Aussi, il n’y a pas mieux pour prendre conseils auprès de gens qui ont consacré leurs vie à faire en sorte que leur empreinte écologique soit quasi nulle. Une vraie leçon de vie qui fait réfléchir.

7- Cerise sur le gâteau ? La gratuité

Effectivement vous êtes logés, parfois en yourte, parfois en dortoir ou en chambre avec la fenêtre qui donne direct sur la chaîne des Pyrénées. Dans l’ensemble vous êtes logés chez l’habitant et vous prenez vos repas avec eux. En échange vous travaillerez 5 heures par jour. Voilà. Aussi simple que ça. Il ne me reste plus qu’à acheter mon billet de train (plus écolo) et hop ! C’est parti.

Charte des écovolontaires
www.freepackers.fr
www.eco-volontaire.com
www.cybelle-planete.org
www.voyageons-autrement.com
www.volontairesnature.org

Petites réflexions

Sur la gratuité
Sur les vacances solidaires

 

Pin It on Pinterest