Aujourd’hui, j’aimerais vous présenter le livre Frédérique Basset, Jean Paul Collaert pour les illustrations et Philippe Desbrosses Vers l’autonomie alimentaire : pourquoi, comment et où cultiver ce que l’on mange ?

La chaîne alimentaire de notre monde industrialisé est bâtie sur une dépendance sans précédent aux énergies fossiles : si l agriculture intensive a besoin de pétrole pour faire tourner ses machines et se fournir en engrais de synthèse, le secteur de la distribution en dépend également pour approvisionner les villes. Que se passera-t-il quand cette ressource désormais rare aura atteint un prix rédhibitoire, ou quand elle sera épuisée ? La population francilienne ne dispose par exemple que d à peine trois jours d autonomie alimentaire. Quant au contenu de nos assiettes, mieux vaudrait parfois n en rien savoir, tant le cortège de pesticides, d hormones et autres OGM qui y circulent nous empoisonne à petit feu. Pourtant, chacun d entre nous peut retrouver le chemin de la terre, dans son propre jardin, mais aussi sur un balcon, une terrasse, dans un jardin partagé… Des expériences en France et dans le monde entier, comme à Detroit ou à Cuba, prouvent que, même en ville, on peut cultiver et nourrir sainement une grande partie de la population. Frédérique Basset a mené l enquête sur ces moyens de produire soi-même sa nourriture avec des méthodes douces pour la planète, sans effets secondaires pour la santé : son livre est à la fois un plaidoyer et un guide pour agir.

Comment produire soi-même de la nourriture quand on n’est pas agriculteur ?

Vers l’autonomie alimentaire tente de répondre le plus complètement possible à cette question d’actualité : il paraît qu’il faudra nourrir 9 milliards d’humains en 2050, dont les deux tiers vivront en ville. Nous nourrir, donc, tout en limitant le plus possible le recours aux énergies fossiles (donc en snobant les transports, les intrants industriels et la mécanisation à outrance) et en préservant l’environnement. Le futur est donc au jardinage. La journaliste Frédérique Basset nous explique dans ce petit livre les principes de base pour jardiner de manière naturelle et le plus efficacement possible, que ce soit en bio, biodynamie, permaculture, ou encore selon l’agriculture du non-agir (inventée par le microbiologiste japonais Masanobu Fukuoka). Elle déroule aussi les fondements du jardinage. Qu’est ce qu’un sol vivant ? Comment conserver l’eau ? A quoi sert le compost ? Et le mulch ? Comment fabriquer du purin d’ortie ? Comment construire un jardin en lasagnes ? En carré ? En buttes ? Comment planter intelligemment (plantes compagnes, rotations) et attirer les petites bêtes (abeilles, syrphes, carabes, taupes –hé oui ! elles aèrent le sol-, oiseaux, araignées, etc.) ? Enfin, l’auteure nous montre que l’on peut faire pousser des plantes un peu partout. Exemples à l’appui, elle raconte la mise au vert de balcons, terrasses, jardins partagés, d’insertion ou encore familiaux, au beau milieu du béton… En bref, il y a de quoi motiver les urbains pour faire fleurir leurs fenêtres et fabriquer des seed bombs (bombes de graines)… à balancer dans la prochaine friche venue.

Acheter le livre Vers l’autonomie alimentaire : pourquoi, comment et où cultiver ce que l’on mange ?

Pin It on Pinterest